lundi 2 mars 2015

A l'affiche : l'Enharmonie de Marthaler

Le Forum de Meyrin accueille King Size pour deux soirs, dernière trouvaille de Christoph Marthaler du Basel Theater. On ne présente plus cette personnalité du théâtre suisse qui a reçu en 2011 la plus haute distinction du théâtre suisse avec l'Anneau Reinhart qui a marqué la scène du Schauspielhaus de Zurich, celle du Festival d'Avignon ou du Volksbühne de Berlin.

Sujet musical au programme, voici le petit texte produit par le théâtre pour présenter cet accueil:


Enharmonie : nom féminin. Se dit de deux notes qui désignent le même son. Par exemple, do dièse et ré bémol sont deux notes "enharmoniques". En clair, pour les entendre sur un piano, on frappe la même touche. Voilà qui laisse le non-musicien songeur : si on frappe la même touche et qu'on entend deux fois le même son, pourquoi lui donne-t-on deux noms différents ? Sous-titrée en allemand Eine enharmonische Verwechslung (Une substitution enharmonique), King Size ne résout pas ce problème de solfège. Il joue au contraire avec son mystère. Lorsque deux êtres se rencontrent et tombent amoureux, ils ont le sentiment d'entendre la même note, mais peut-être que l'un entend dièse et l'autre bémol. Peut-être même que le deuxième entend la même note que le premier, mais deux octaves plus bas. [...] Seuls ou à plusieurs, ils chantent de vieux airs de musique classique, de jazz, de variétés qui vont de Francis Lai à Mozart, en passant par Schumann, Satie, Les Jackson Five et Boby Lapointe. Avec subtilité, et une drôlerie à nulle autre pareille, Marthaler et sa troupe [dont le fidèle Michael von der Heide] racontent nos décalages, nos tentatives d'harmonie, nos rêves de fusion, notre vague à l'âme amoureux. Une magnifique partition.

Puisque la pièce ne répond pas aux questions harmoniques, nos collections répondront à votre curiosité...

Disponibilité (Harmonie)
Disponibilité (Christoph Marthaler)
Disponibilité (Michael von der Heide)
Muriel


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire