lundi 30 mai 2011

Barry Manilow

Barry Manilow a beau être une véritable icône de la musique pop-rock aux Etats-Unis et en Angleterre, son nom n'est pas très connu dans nos contrées. Au point que même la Bibliothèque musicale n'avait pas de partition de ce compositeur-interprète (c'est réparé !). Et pourtant, vos oreilles ont déjà entendu ses fameux tubes (Could it be magic) et vos jambes ont déjà dansé sur ses rythmes (Copacabana).

Hors norme
  • Multi-récompenses pour ses chansons, albums, shows, musique de film, etc.
  • Près de 200 millions de disques vendus à travers le monde.
  • En 1978, cinq de ses albums sont au top des ventes simultanément, un record égalé seulement par Michael Jackson, Frank Sinatra et Johnny Mathis.
  • Michael Jackson le présentait comme son père spirituel.
  • Il chante à guichets fermés dans chacun des stades où il passe.
  • En 2006, deux de ses albums sont numéros 1 et 2 consécutifs, un record encore inégalé.
Could it be magic

Barry Manilow le reconnaît lui-même dans les commentaires accompagnant la partition proposée ci-dessous : son but était seulement d'écrire de la musique et non pas de la chanter. A l'époque, il engageait même des chanteurs pour enregistrer ses démos afin d'essayer de trouver un producteur.

Parfois les reprises de ses chansons sont plus connues que les originaux. Par ex. la version moins sirupeuse et plus disco de Donna Summer popularise "Could it be magic". Même les Enfoirés l'ont apprêté à leur sauce en 2007 : "Le temps qui court".

Cette chanson est directement inspirée du "Prélude en do mineur" de Frédéric Chopin. Une reprise d'un classique comme beaucoup aiment le faire : pas de problème avec les droits d'auteur !

Comparez vous-même :

 version Manilow


 version Chopin


Fabienne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire