mardi 1 août 2017

Yéniche sounds

Patrick Waser, membre du Bündner Spitzbueba

Les discours patriotiques et autres hymnes révolus vous font déguerpir ? Tournez-vous côté cinéma avec le film de Yéniche inouï ou Unerhört jenisch de Karoline Arn et Martina Rieder. Vous allez découvrir un pan de la musique traditionnelle suisse d'Obervaz, petit village niché dans une vallée de Lenzerheide. Les musiciens du lieu et plus particulièrement le groupe Bündner Spitzbueba parlent de leurs ancêtres yéniches, immigrés et semi-nomades.

Après avoir été présenté aux Journées de Soleure en janvier dernier, puis à Visions du réel ce printemps, le voici sur les écrans romands.



La seconde moitié du film révèle un passé douloureux et les traitements infligés aux enfants yéniches. L'article de Roderic Mounir sur le film s'intitule Les brûlures sous le folklore... C'est donc courageusement qu'Erich Eicher - le frère de ... -  se plonge dans les archives familiales. Le film se termine par la chanson de Stephan Weiss nid was es isch qui prend ici une signification toute particulière, et dans une grande connivence et virtuosité avec le trio grison. Savoureux !  

Stephan Eicher

Martin Waser
A la bibliothèque, la très complète collection de musique populaire suisse, sous le titre de Schweizer Volkmusik Sammlung fait référence. Les Cahiers d'ethnomusicologie, publiés par l'ADEM, mentionne cette publication dans le volume 16 (2003) : 
Voilà le fruit d’une vaste entreprise menée conjointement et courageusement par la Société pour la musique populaire en Suisse et les éditions Mülirad de Zürich. Il fallait en effet une bonne dose d’audace pour publier les travaux de collecte de la folkloriste Hanny Christen (1899-1976), puisque le corpus comprend plus de 10000 pièces musicales, ce qui donne un ensemble de 11 volumes. [le volume 2 est consacré entre autre, à la musique des Grisons]. 
Disponibilité (Cahiers d'ethnomusicologie)


Muriel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire