lundi 4 janvier 2016

A l'affiche : Madame Butterfly

Sans doute que votre regard n'aura pas manqué celui de cette jolie femme japonaise, timide, dans un décor rose et fleuri. Serez-vous tombé sous le charme de cette Madame Butterfly, au point d'aller voir l'exposition à laquelle elle vous invite : Le bouddhisme de Madame Butterfly : le japonisme bouddhique ? Si ce n'est pas le cas, courrez-y car ce sont les derniers jours de cette magnifique exposition temporaire au Musée d'ethnographie de Genève (jusqu'au 10 janvier 2016).

Cette exposition, à la thématique entre autres musicale par le biais de l'oeuvre de Puccini, est d'autant plus parlante pour notre bibliothèque que cette fameuse Madame qui s'est affichée sur tous les murs de Genève est issue de nos collections. L'image est tirée du programme de la première représentation - en français ! - au Grand Théâtre en 1909. Nous conservons en effet la collection quasi exhaustive des programmes de cette institution, mais aussi ceux du Victoria Hall, de l'OSR, et de manière plus lacunaire de diverses salles genevoises. Au total plus de 10'000 pièces, du 19ème siècle à nos jours.


La scène théâtrale, artistique et littéraire - journal du Grand Théâtre - du 3 décembre 1909 fait la critique de la première de Madame Butterfly :

"Nous avons eu mardi la première grande nouveauté de l'année, Madame Butterfly, drame lyrique de Puccini, déjà représenté sans grand succès en Italie, puis après retouches importantes, donné aux Etats-Unis où il fut alors applaudi.

Il nous revient aujourd'hui avec la traduction française de M. Paul Ferrier, et les théâtres de France, de Belgique et de la Suisse romande ne vont pas manquer de s'en emparer ; d'abord  parce que c'est une nouveauté, ensuite à cause du nom de l'auteur, qui signifie succès, à preuve la Vie de Bohème et la Tosca. [...]

L'interprétation de Madame Butterfly a été, non seulement bonne, mais supérieure. [...]

Mlle Victorine Fer a donné au rôle de Madame Butterfly, toute la grâce, toute l'ingénuité d'une Japonaise de quinze ans et aussi la complication d'âme d'une créature qui répond pour la première fois - comme le chante le choeur - à l'appel de l'amour. [...]

La mise en scène de M. Chéreau, les costumes de Mme Bellet, les deux décors de M. Sabon, tout est à louer pour l'exactitude, la beauté, la fraîcheur, jusqu'aux jolies fleurettes peintes sur la soie par Mlle Bruni. 

L'orchestre, très compliqué, très chargé, a été conduit à la victoire par M. Constantin Bruni en personne, que les soucis directoriaux ne font rien perdre de ses qualités de chef d'orchestre."

Dans l'exposition, vous apprendrez que cet opéra à succès marque la fin du japonisme bouddhique qui y est représenté de manière plutôt négative sous les traits de l'oncle bonze de Madame Butterfly. Le sujet de cette oeuvre lyrique est tiré du roman de Pierre Loti, Madame Chrysanthème, qui a également inspiré un opéra à André Messager

Pour vous donner un avant-goût, l'émission radiophonique Babylone vous fera découvrir virtuellement l'exposition en compagnie de ses deux commissaires.

Disponibilité
Fabienne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire