lundi 30 novembre 2015

La chanson qui dérange (2)

Suite (et pas fin) de notre remake bloguesque sur la Chanson qui dérange. Toujours inspirée du livre de Baptiste Vignol : Des chansons pour le dire : une anthologie de la chanson qui trouble et qui dérange (éd. Tournon, 2005), voici une thématique autour de l'auteur-compositeur-interprète : le fantasque Pierre Perret.

Notre ami Pierrot est un habitué de la chanson légère, mais il exploite aussi des thématiques plus complexes et plus graves telles la pauvreté dans la vieillesse (L'hôpital), le divorce (A cause du gosse), les commandos anti-avortement (Elle attend son petit), la famine en Afrique (Riz pilé), les guerres de religions (Au nom de Dieu), les conditions de la femme (La femme grillagée), les méfaits d'Internet (La mère des cons)...

Il créera même en 1969 sa propre maison de disques, Adèle, "qui lui donne la formidable liberté de décider à sa guise du contenu de ses chansons et de leurs arrangements, d’enregistrer comme il le veut et ne dépendre de personne." 

Il reçoit par deux fois un prix décerné par la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), pour sa chanson Lily qui dénonce la xénophobie et le sort des immigrés, et pour l'album La Bête est revenue, parlant des dérèglements d’une société et de l'extrémisme en tout genre.


Les jolies colonies de vacances

En 1966, au nom de la morale, Pierre Perret a été interdit d’antenne pendant six mois pour avoir interpréter cette chanson non expurgée du "pipi dans le lavabo" et de la référence à Tanger et de la sous-entendue traite des Blanches. Madame de Gaulle a même demandé l'arrêt de sa diffusion sur les ondes ! Que de polémiques autour de cette chanson.

 

Les jolies colonies de vacances
Merci maman, merci papa
Tous les ans, je voudrais que ça r'commence
Youkaïdi aïdi aïda.
...

Hier, j'ai glissé de sur une chaise
En f'sant pipi dans le lavabo
J'ai le menton en guidon d'vélo
Et trois canines au Père Lachaise
Les punitions sont plutôt dures
Le pion il a son pareil
Y nous attache en plein soleil
Tout nus barbouillés d'confiture.
...
J'vous envoie mes chers père et mère
Mes baisers les plus distingués
J'vous quitte là j'vais voir ma fiancée
Une vieille qu'a au moins dix berges
Les p'tits on a vraiment pas d'chance
On nous fait jamais voyager
Mais les grandes filles vont à Tanger
Dans d'autres colonies d'vacances.


Mon p’tit loup


Quel angle adopter pour attaquer ce thème périlleux du viol, sans crouler dans la vulgarité ? La première version de la chanson Mon p’tit loup est d’abord destinée à une jeune fille violée. En 1979, Pierre Perret en modifiera le texte pour en faire une complainte admirable et une berceuse plus universelle, délaissant cet humour qui lui laisse tout croquer pour ciseler un voyage au ton tendrement poétique. Bien que parue dans l'album Ça la fait marrer, cette chanson provoque plutôt l'effet contraire...

T'en fais pas, mon p'tit loup,
C'est la vie, ne pleure pas.
T'oublieras, mon p'tit loup,
Ne pleur' pas.

Je t'amèn'rai sécher tes larmes
Au vent des quat' points cardinaux,
Respirer la violett' à Parme
Et les épices à Colombo.
On verra le fleuve Amazon'
Et la vallée des Orchidées
Et les enfants qui se savonn'nt
Le ventre avec des fleurs coupées.

...Je t'amèn'rai voir Liverpool
Et ses guirlandes de Haddock
Et des pays où y a des poul's
Qui chant'nt aussi haut que les coqs.
Tous les livres les plus beaux,
De Colette et d'Marcel Aymé,
Ceux de Rab'lais ou d'Léautaud,
Je suis sûr qu'tu vas les aimer.

Le zizi

On ne peut pas parler de Pierre Perret sans évoquer son... Zizi ! L'espiègle chanteur s’applique comme un artisan et met trois ans à peaufiner sa chanson. Son plus grand succès commercial fut un phénomène de société. Ce titre pétri de métaphores montre que la France trouve à rire et à chanter dans la libération sexuelle. En effet, en 1974, le débat sur l’éducation sexuelle à l’école fait rage dans le monde politique et la société française. Rebelote, interdiction sur les ondes, mais grosse vente de disques avec 5 millions de 45 tours et 16 disques d'or. 

Souvenir en images dans l'émission Système 2 présentée par Guy Lux, dans laquelle Pierre Perret se prend d'un fou rire à la fin de sa chanson.

Afin de nous ôter nos complexes,
Ô gué, ô gué
On nous donne des cours sur le sexe
Ô gué, ô gué
On apprend la vie secrète
Des angoissés d' la bébête
Ou de ceux qui trouvent dégourdi
De montrer leur bigoudi
Une institutrice très sympathique
Nous en explique toute la mécanique
Elle dit nous allons planter le décor
Ô gué, ô gué
De l'appareil masculin d'abord
Ô gué, ô gué
Elle s'approche du tableau noir
On va p' têt' enfin savoir
Quel est ce monstre sacré qui a donc tant de pouvoir
Et sans hésiter elle nous dessine
Le p'tit chose et les deux orphelines

Tout tout tout
Vous saurez tout sur le zizi
Le vrai, le faux
Le laid, le beau
Le dur, le mou
Qui a un grand cou
Le gros touffu
Le p'tit joufflu
Le grand ridé
Le mont pelé
Tout tout tout tout
Je vous dirai tout sur le zizi
...

Disponibilité

Fabienne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire