lundi 1 août 2016

Chauve-souris de bibliothèque

On connaissait les rats de bibliothèque. Mais les chauve-souris de bibliothèque ?

Incroyable rencontre cet été en pleine réunion de travail : habituées à croiser plutôt des moineaux rentrant par les fenêtres largement ouvertes en cette période estivale, les bibliothécaires ont fait l'étonnante connaissance d'une petite chauve-souris égarée, voltigeant difficilement dans le grand espace de la bibliothèque puis se posant à bout de force sur le sol. Bizarre : en plein jour, à l'intérieur d'un bâtiment, à un rythme de battement d'ailes bien faible...




Ce serait-elle échappée d'une opérette de Strauss




Ou d'une chanson de Thomas Fersen




Ou carrément de la bande originale d'un film ?



Que faire pour bien faire ? 

Le site du Centre de coordination ouest pour l'étude et la protection des chauves-souris nous renseigne : 

"Si vous avez trouvé une chauve-souris fatiguée ou blessée, ne la touchez pas à main nue. Comme lors de toute manipulation d’un animal sauvage, prenez des gants ou un chiffon. Placez l’animal dans un petit carton qui ferme dans lequel il y a 2-3 coupons de papier ménage humidifié, puis appelez le spécialiste chauves-souris CCO de votre région. Ne rien donner à manger à la chauve-souris."

Le répondeur du spécialiste genevois (chiroptérologue, dans le jargon) nous conseille également d'amener directement notre trouvaille à la réception du Museum d'histoire naturelle. Chose faite !*

Il faut noter que le Museum est spécialiste en la matière et abrite même la Bibliothèque mondiale des chauves-souris

Eh bien voilà, on y arrive presque à notre "chauve-souris de bibliothèque"** !


Fabienne

* Aux dires de la spécialiste du Museum, la chauve-souris se porte bien. C'est une adulte, qui après avoir repris des forces et des vitamines ira se régaler de moustiques rapidement et en totale liberté !

** On apprend sur le site de l'ENSSIB (École Nationale Supérieure des Sciences de l'Information et des Bibliothèques) qu'il existe réellement des chauves-souris dans deux bibliothèques portugaises qui, en mangeant des insectes qui pourraient être nuisibles, protègent ainsi les livres anciens qui sont conservés !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire