jeudi 4 février 2016

A l'affiche : Koyaanisqatsi en live au Victoria Hall


En partenariat avec Espace 2, Antigel invite le compositeur Philipp Glass en clôture du festival 2016. Sur le site du festival, on peut lire : 

1982. Le cinéaste Godfrey Reggio réalise «Koyaanisqatsi», un documentaire hypnotique sans fil narratif, dialogue ou personnage principal. Ambition de cet OVNI cinématographique produit par Francis Ford Coppola: dresser au fil de séquences sidérantes un portrait de notre monde en mouvement. Individu et liberté, nature et technologie, urbanisme et solitude. 
Philip Glass sera donc au Victoria Hall pour diriger son Ensemble avec lequel il se produit depuis 1968. A l'époque où il est abordé par Godfrey Reggio, Glass est déjà connu pour ses oeuvres minimalistes. Film sans parole, "la musique de Glass - dans les propos de Sébastien Chapuys de Critikat - tient lieu de discours. Presque religieuse, elle appelle à entrer en transe durant les scènes lentes et contemplatives, puis son accélération démentielle éprouve autant les sens du spectateur que le déferlement frénétique des images (Koyaanisqatsi [en langue des Amérindiens Hopi : "Vie tumultueuse"] n’est pas un film reposant). Grâce au respect de Reggio pour le travail de Glass, le rythme des images est en parfaite osmose avec celui de la musique : contrairement à tant d’autres réalisateurs, il a monté ses images en fonction de la partition plutôt que d’exiger qu’elle s’adapte à ce qui était montré à l’écran".


Extraits de Na-qoy-qatsi


Koyaanisqatsi est la première partie d'une trilogie The Qatsi Trilogy réalisée par le documentaliste américain. Le film confronte le monde de la nature à celui du monde industrialisé, citadin et technologique! Intéressant de revoir cette fable écologiste presque 30 ans après sa sortie en salle... s'il reste encore des places disponibles pour les deux représentations données au Victoria Hall !

Muriel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire