lundi 3 août 2015

Carillon de Saint-Pierre

En ce mois d'août, si vous vous baladez du côté de la Cathédrale de Saint-Pierre, vous entendrez le cantique suisse carillonner à l'heure pile. Mais si votre promenade se déroule au mois de septembre, c'est le Petit chaperon rouge de Boïeldieu qui résonnera à l'heure précise.

En effet, le carillon de Saint-Pierre fait sonner chaque mois un air différent, selon le tournus suivant :

Janvier : Hymne à la patrie (Barblan)
Février : Air pour cloches (Rousseau)
Mars : Prière patriotique (Jaques-Dalcroze)
Avril : Psaume LXVIII des camisards
Mai : Ranz des vaches
Juin : Les clefs de Saint-Pierre (Henri Dès)
Juillet : Air du devin du village (Rousseau)
Août : Cantique suisse (Zwyssig)
Septembre : Le petit chaperon rouge (Boïeldieu)
Octobre : Chant des faucheurs (Fête des Vignerons de 1889, H. de Senger)
Novembre : Choral de Luther
Décembre : Cé qu'é lainô

Passé de huit cloches en 1749 à trente-sept de nos jours, le premier carillon n'avait à son répertoire que sept mélodies, une différente par jour de la semaine. 

Ces airs sont diffusés de manière automatique à l'aide d'un grand rouleau, telle une boîte à musique. Chaque mois le cylindre est changé par Philippe Demolis, responsable du carillon.

 
Rouleaux du carillon (vue panoramique)

Pendant tout l'été, des concerts de carillon auront lieu les samedis à 17h : une autre façon d'écouter, plus longuement, la Clémence, la Bellerive ou la Collavine.

Disponibilité 
Fabienne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire