lundi 16 février 2015

Think Bach

Le dernier numéro de la revue Pianiste affiche le portrait de Johann Sebastian Bach : pourtant ce n'est pas directement de lui que parle ce billet. Plutôt de Bach... et du pianiste et compositeur Edouard Ferlet. En effet, ce dernier, comme précédemment avant lui d'autres pianistes (Jacques Louvier, Keith Jarrett, ...) a utilisé des thèmes, des éléments de l'écriture du maître baroque pour créer ses propres pièces pour son album THINK BACH. Ecoutez plutôt :  


Au journaliste, Edouard Ferlet révèle son intérêt pour le compositeur Conlon Nancarrow et le répertoire des pianos mécaniques du début du 20e siècle. A la question : "Enseignez-vous ?", il répond :


Dans la foulée de l'album "Think Bach", j'ai mis au point une petite méthode. Je la destine aux musiciens classiques qui souhaitent improviser. Je fais appel à un volontaire qui me joue l'un de ses morceaux par coeur, avant de jouer les quatre premières mesures en boucle. Ensuite, je lui demande de faire des fausses notes, puis à les jouer mécaniquement, sans s'écouter. Ensuite, je demande à la personne de s'écouter à nouveau. L'improvisation arrive alors naturellement. Le résultat est spectaculaire parce que les automatismes ont été "déconnectés".

Le journaliste a eu raison de donner pour titre à son article : Rencontre du troisième type musical... à se prendre (ou non) la tête dans les mains ! 

 
Disponibilité (revue Pianiste)
Disponibilité (méthodes d'improvisation piano jazz)

Muriel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire