lundi 28 octobre 2013

Vous avez dit vers d'oreille ?


Voilà une affichette pour tromper l'attente du train, vue dans une petite gare reculée dans le canton de Berne !

De quelle maladie est-il question sous le nom étrange de Ohrwurm

Les vers d'oreilles (earworm en anglais) ne sont pas dangereux pour la santé, mais ont de fort risque d'être contagieux !

Le phénomène repose sur une mélodie qui ne nous lâche plus. Construite sur des accords faciles à retenir, la mélodie est faite d'une progression harmonique des plus communes (tonique, quarte, quinte majeures). Pour vous familiariser avec ces notions d'harmonie, quoi de mieux que Le solfège pour les nuls : les pages 224 et suivantes développent les notions élémentaires des "joies de l'harmonie" !

En 2006, The Guardian publie un article du compositeur et critique musical Vadim Prokhorov dressant son top ten des "earworms". Plus récemment, le phénomène des vers d'oreille a été étudié  par une équipe de la Goldsmiths University de Londres. Cette étude, a collecté des données via un questionnaire. Il en résulte que 90% de la population est touchée au moins une fois par semaine par un "earworm", phénomène qu'elle qualifie de désagréable voire de dérangeant ! 
A recent poll suggested over 90% of the population experience them at least once a week, so it seems like having the odd earworm is perfectly normal. But 15% of people classified their earworms as  "disturbing" and in a different study one third of the people described their earworms as "unpleasant".
Enfin, leurs dernières conclusions ont été énoncée lors de la 12e International Conference on Music Perception and Cognition, (ICMPC) en juillet 2012.


Les exemples donnés par la chronique 120 secondes de l'émission Lève-toi et marche sur Couleurs3 ne font que confirmer l'énoncé théorique ! 



Ecouter Bastian Baker peut donc vous empoisonner l'existence une journée durant, ou, si cela vous arrive, au lieu de faire "la la la" du matin au soir sur les mélodies de James Blunt, venez emprunter les partitions !

Disponibilité
Muriel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire