jeudi 11 avril 2013

L'Aiglon à deux têtes

Le 3 mars dernier, cela faisait juste soixante ans que l'Aiglon de Jacques Ibert et Arthur Honegger fut joué pour la première fois à Genève sur la scène du Grand-Casino ! Le rôle-titre était alors confié à Monique Florence de Bordeaux, sous la direction de Samuel Baud-Bovy. L'Opéra de Lausanne a l'opportunité de le présenter à nouveau au public romand pour quatre représentations fin avril. Dans le Scènes Magazine de ce mois, Eric Pousaz lui consacre un article.
Officiellement, on ne connaît pas le détail de la collaboration des deux musiciens. Certains prétendent que Jacques Ibert a écrit la musique des actes I et V, alors que Honegger se serait concentré sur les trois actes centraux. D'autres penchent plutôt pour une répartition du travail liée aux divers climats du livret : Ibert se serait attelé aux scènes sentimentales tandis que son compère se serait intéressé aux scènes plus épiques, comme la fameuse évocation de la bataille de Wagram. Quoiqu'il en soit, aux yeux de Renée Auphan (qui est chargée de la reprise lausannoise d'un spectacle conçu à l'origine pour l'Opéra de Marseillle), l'ouvrage est suffisamment fort et prenant pour que cette question de paternité soit d'un intérêt finalement secondaire.
L'auteur s'entretient ensuite avec la metteuse en scène qui reprend le travail fait à Marseille en 2004 par un second duo : Patrice Caurier et Moshe Leiser [elle était alors à la tête de l'institution marseillaise]. Quant à la distribution, elle nous permettra d'apprécier le talent de Carine Séchaye dans le rôle titre, le Duc de Reichstadt.

 Production Marseille 2004, cop. Ch. Dresse

Et, si vous voulez en savoir davantage avant les représentations de fin avril, Monsieur Jacques Tchamkerten donnera une conférence aujourd'hui à 18h45 dans le cadre de Forum Opéra de l'Opéra de Lausanne.

Disponibilité de Scènes magazine

Disponibilité du livret

Muriel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire