jeudi 23 février 2012

Juliette ou la clé des songes

Le compositeur tchèque Bohuslav Martinù signa en 1938 cette adaptation lyrique d'une pièce de théâtre de l'auteur surréaliste français Georges Neveux. En 1951, le grand cinéaste Marcel Carné s'intéressa à son tour à cette pièce, exploration de la mémoire et du subconscient, et son film, avec Gérard Philippe, a sans doute plus marqué la postérité que l'opéra de Martinù.


Mais cette partition hors du temps est d'une exceptionnelle beauté et la musique y génère une atmosphère rêveuse et poétique, que la mise en scène de Richard Jones pour l'Opéra de Paris (grand prix de la critique) place dans un monde onirique aux dimensions grandioses, dignes de classiques de la bande dessinée comme Little Nemo ou The Sandman de Neil Gaiman.


Venez rêver les yeux ouverts et visiter le bureau des rêves dans un univers où l’accordéon est roi, dans un monde irréel où la magie onirique commande au destin.



Cet extrait tiré du programme général du Grand Théâtre appelle à la curiosité : l’accordéon est roi au Grand Théâtre ? L’affiche représente un accordéon en origami ? Tout ceci ne demande qu’à aller découvrir ce que nous réserve le Grand Théâtre de Genève où cet instrument y aurait une fois une place d’honneur.

A voir donc au Grand Théâtre de Genève du 24 février au 5 mars 2012
Diffusion sur Espace 2 samedi 7 avril à 20h


Fabienne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire