lundi 23 septembre 2013

Bach et moi


cop. Svend Andersen

En décembre 2012, Alexandre Astier a reçu le prix du Jeune Théâtre de la part de l'Académie française pour son spectacle Que ma joie demeure créé au Théâtre du Rond-Point en avril de la même année. Jean-Loup Dabadie a tenu les propos suivants lors de la remise du prix :

Alexandre Astier est né et a grandi dans une famille de comédiens. Le théâtre a toujours été son milieu, son affaire, son rêve. Sa pièce Que ma joie demeure! est une irrésistible variation sur un moment de la vie de Jean-Sébastien Bach qui donne au public un cours magistral (ce que certains se croient obligés d’appeler une « master class ») sur la musique, la composition, les harmonies, les cadences, les instruments, les modes… Et dans tout cela les pleins et les déliés difficiles et drolatiques de la vie quotidienne.
Le style brillant, fugué, d’Alexandre Astier, l’art comme improvisé qu’il a de jouer du clavecin entre ses répliques, son évidente culture, en font un artiste exceptionnel, un auteur de grand avenir.
Le titre de sa pièce évoque celui de la Cantate BWV 147 sans que pour autant celle-ci soit au centre de la création du comédien lyonnais. Durant le spectacle, il est question de l'homme autant que du compositeur, Alexandre Astier allant puiser chez Gilles Cantagrel et son Passion Bach, l'album d'une vie les anecdotes de la vie de tous les jours. Pour ce qui est de la musique, nous sommes en 1733, à Leipzig, époque où Bach a composé ses grandes oeuvres sacrées, précédant les oeuvres de contrepoint (l'Offrande musicale, l'Art de la fugue). Le Kantor, lors de portes ouvertes, assis au clavecin, commence sa leçon de musique... Brillant moment de théâtre déployant toutes les facettes de l'auteur !

 

 
Genève est l'une des heureuses élues dans la tournée de Que ma joie demeure, juste après la Cité de la musique. Alexandre Astier sera sur les planches du Théâtre du Léman vendredi 27 et samedi 28 septembre prochain. Et, pour ceux qui ne peuvent y aller, vous pouvez voir la pièce ici. Avant ou après, pour parfaire vos notions de contrepoint, le Gradus ad parnassum de Johann Joseph Fux est disponible à la bibliothèque, dans une édition tout récemment traduite en français !

Disponibilité
Muriel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire