lundi 8 août 2011

Lecture estivale (3)


L'accordeur de pianos c'est d'abord Der Klavierstimmer, paru en 1998 dix ans avant d'être traduit en français. Son auteur, Pascal Mercier* écrivain et philosophe suisse, vit depuis une vingtaine d'années à Berlin. Son personnage, Frédéric Delacroix, est accordeur de piano à Genève avant d'être appelé à travailler pour la Philharmonie de Berlin. Accordeur mais aussi compositeur d'opéra (au singulier !) et père de jumeaux : Patrice et Patricia. Plus encore... mais ce serait révéler trop de cette histoire qui se passe principalement à Berlin, et dont quelques pages évoquent notre Place de Neuve.

[...] Le mot opéra éveillait comme toujours en moi un écho particulier. Je souhaiterais pouvoir de nouveau entendre ce mot en toute ingénuité, as-tu dit il y a longtemps, et je m'effrayais alors de la fureur contenue de ta voix. Dès le commencement, Papa, ce fut pour nous un mot spécial, dont le son était indissolublement lié avec ton bureau, avec l'éclat du piano à queue et le doux grattement de ta plume sur le papier à musique. "Qu'est-ce que c'est ?" demandions-nous, alors que nous devions encore nous mettre sur la pointe des pieds pour pouvoir désigner du doigt les feuilles blanches avec les lignes de portée. "Un opéra" disais-tu. Pendant un certain temps, un opéra fut pour nous un bout de papier. Cela nous déconcerta quand Maman nous dit un soir que vous alliez à l'Opéra. Et c'était déconcertant, aussi, de vous entendre dire devant le Grand Théâtre : C'est l'Opéra. Un opéra, c'était quelque chose de grand et d'important, de presque sacré, nous l'entendions au son de votre voix.
in: pp. 140-141 Deuxième Cahier, Patricia

Le roman est divisé en 14 cahiers écrits par Patrice et Patricia dont nous faisons la lecture en alternance. L'histoire nous est racontée avec deux sensibilités et deux écritures distinctes - et je me souviens qu'en cours de lecture, on s'attache inévitablement davantage à l'une et qu'on s'impatiente d'un cahier à l'autre. 

L'auteur, en nous faisant lire les cahiers écrits par ses propres personnages, questionne chacun de ses lecteurs sur le rôle de salut ou de remède que peut avoir l'écriture, puisque les jumeaux ont eu un destin peu banal. 

"Ce que l'on a une fois saisi dans des mots, peut-on continuer à le vivre comme avant ? Ou bien le silencieux travail des mots est-il la manière la plus efficace de changer de vie - plus efficace que la plus bruyante explosion ?" fait-il dire à Patricia en exergue du roman.


Le lecteur avant de pouvoir répondre à cette question sera emmené sur les grandes scènes lyriques et leurs coulisses ; il côtoiera artistes, chanteurs, compositeurs. Et dans le drame qui se joue, la place de la musique sera capitale.


* Pascal Mercier est un pseudonyme de romancier. Peter Bieri a gardé son nom pour sa fonction de philosophe qu'il voulait distincte par rapport à son activité littéraire. La consonance francophone de son pseudo est voulue, nous avait-il confié lors de sa venue à la Maison de la littérature de Genève en novembre 2009, puisque Mercier fut choisi en feuilletant un annuaire téléphonique romand.


Disponibilité du roman dans RERO
Muriel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire