lundi 25 septembre 2017

Drôles de genres musicaux

Dans le métier de bibliothécaire, et plus particulièrement dans ce qu'on appelle le chemin du livre, existe l'étape de l'indexation. Pour qu'un livre puisse être retrouvé dans le catalogue grâce à une recherche selon le sujet qu'il contient, on lui attribue une vedette-matière (Bonjour Madame, je cherche un livre sur l'atmosphère planétaire). Dans le catalogue RERO, via son nouvel environnement Explore, c'est une recherche dans le champ Sujet RERO qui permet de trouver son bonheur.

En musique, difficile de parler de sujet. On utilise plutôt le genre musical et/ou l'instrumentation pour faire des recherches telles que : Bonjour Madame, auriez-vous des sonates pour violon et basse continue ? Dans Explore, il faut passer par le champ "classification" de la recherche avancée en commençant par le terme "musg" pour les genres musicaux, ou "musi" pour l'instrumentation (vous pouvez aussi faire une recherche en tapant les mots-clés du genre et de l'instrumentation mais vous risquez d'avoir beaucoup de "bruit" dans le résultat de votre recherche).




Autant pour les vedettes-matière sujet que pour les genres musicaux, on ne peut pas employer n'importe quel mot ni n'importe comment. Il existe des listes (thésaurus) avec des termes contrôlés et normalisés. En musique, c'est une liste interne à RERO qui est utilisée, avec ses propres règles. Pas facile donc de rechercher de la musique (d'où l'utilité du savoir-faire des bibliothécaires !).

Tout ça pour en arriver à vous parler de ces fameux genres musicaux. En parcourant leur liste, à côté des boléro, chanson de variétés d'expression française, concerto, fado, hard rock, magnificat, zarzuela..., on découvre des trésors, des termes dont on n'aurait même pas soupçonné leur existence : bicinium, frottola, gwoka, kant, sardane, tricinium, tropaire-prosaire, villancico...

Qu'est-ce donc un bicinium ? Dans son Dictionnaire des mots de la musique, Jacques Siron définit ce genre ainsi : "Au XVIe siècle, pièce vocale ou instrumentale comprenant deux parties."

Et une frottola ? "Aux XVe-XVIe s., forme poétique et musicale polyphonique (souvent à 4 voix) provenant de la musique populaire et formes improvisées. En vogue dans les cours, la frottola a joué un rôle capital dans la Renaissance musicale italienne, précédant le madrigal et la monodie accompagnée. Proche de ballade, villancico (Espagne)."


Quant au gwoka : "(Guadeloupe) Style traditionnel rural de musique, de chant responsorial et de danse des populations noires, apparus au XVIIe s. avec les premiers esclaves. L'instrumentation inclut des percussions (...). Il connaît un regain de popularité depuis les années 1960."




Un de mes préférés est épithalame : que peut bien se cacher derrière ce terme aux origines grecques ? Jacques Siron nous renseigne : "Chant en l'honneur des nouveaux mariés, qui s'exécutait devant la chambre nuptiale par un choeur de jeunes gens et de jeunes filles." C'est donc simplement de la musique pour les mariages. Et contrairement aux autres termes ci-dessus, notre bibliothèque possède beaucoup de partitions en la matière. Faites une petite recherche "musg épithalame" et vous découvrirez notre rayon bien fourni !

Si vous voulez en savoir plus sur les genres musicaux, le Guide des genres de la musique occidentale vous documentera sur la brunette, la doxologie, l'enueg, la forlane, le khorovode, le pantoum, le tourdion, j'en passe et des meilleurs !

Disponibilité Bicinium
Disponibilité Frottola
Disponibilité Gwoka
Disponibilité Epithalame


Fabienne 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire