jeudi 13 juin 2013

Le Groupe Instrumental Romand

C’est le 2 août 1961 que le Groupe Instrumental Romand est fondé par la Radio Suisse Romande. Il porte alors le nom d’Ensemble de Musique Légère (EML) et est rattaché au Service des variétés et de la musique légère, dirigé par Louis Rey, époux de Vera Florence, journaliste et présentatrice culturelle à Radio-Genève. Comptant à ses débuts huit musiciens (trois rythmes et cinq souffleurs), le GIR voit son effectif augmenter jusqu’à onze musiciens professionnels permanents et polyvalents de réputation internationale. Régulièrement, il joue avec des invités solistes ou des renforts. Les co-leaders du groupe sont Stuff Combe (batterie) et Luc Hoffmann (bois). Roger Volet, responsable des programmes de musique folklorique et populaire, devient le gérant du GIR dès les années septante.

Festival de musique légère, Szekesfehervar (Hongrie), 1971

Le GIR est créé pour les activités de Radio-Genève : il fait face aux besoins particuliers de la radio, mais aussi de la télévision en matière de musique de divertissement. En plus de son travail d’enregistrement en studio, l’orchestre représente, dès les premières années, la RSR tant en Suisse dans des émissions de radio ou de télévision et divers concerts, qu’à l’étranger lors de festivals ou manifestations radiophoniques.

Le GIR inscrit à son répertoire des airs allant de la musique de variété à un certain aspect de la musique expérimentale : une large palette d’enregistrements de morceaux à succès, de musique légère et de danse, de jazz, de chansons, d’accompagnement de solistes et d’artistes, et de créations d’œuvres de compositeurs et auteurs suisses. Les musiciens du groupe composent et arrangent la plupart des morceaux.

Dans un mouvement général des radios ne pouvant plus assumer le coût d’un orchestre permanent, les activités du GIR cessent en 1985 mais laissent derrière elles des milliers d’enregistrements et de partitions.

Différentes étiquettes
L’Ensemble de Musique Légère, devenu le GIR, a connu plusieurs appellations, selon le nombre de musiciens, le style de musique…

Les Radionautes
Le Jazz Group
Le Groupe des Dix
Le Stuff Combe Special Sound
L’Orchestre Tony D’Adario
Le Trio Géo Voumard
L’Orchestre Georges Chorafas
L’Ensemble Saxophonia
L’Orchestre Achille Scotti
L’Ensemble Luc Hoffmann

Il semble que ce soit sous la direction de Roger Volet que l’appellation GIR a été adoptée.

Stuff Combe et le GIR, cop. Diapress, Lausanne


Pourquoi le nom de GIR ?
A Lausanne, il y avait l’ERIC (Ensemble Romand d’Instruments de Cuivre). Vu la concurrence entre Radio-Genève et Lausanne, Roger Aubert, alors directeur de Radio-Genève, connu aussi comme pianiste, a souhaité trouver également une abréviation pour l’ensemble de musique légère genevois. En jonglant avec les lettres, il s’est arrêté sur le GIR, Groupe Instrumental Romand. Ce devait être en 1972.

Une exposition sur la musique légère à Radio-Genève et plus particulièrement sur le GIR a lieu en ce moment et jusqu'au 12 juillet à la Bibliothèque musicale.

Disponibilité

Fabienne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire